A lire, à voir, à écouter...2011 - Médiathèque d'Eybens
La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

A lire, à voir, à écouter...2011

Par Françoise, décembre 2011

L’anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Claude Lévi-Strauss, Seuil, 2011 "La librairie du XXIe siècle"

Dans trois conférences, faites à Tokyo en 1986, Claude Lévi-Strauss nous rappelle tout d’abord la fonction première de l’anthropologue "Témoigner que la manière dont nous vivons, les valeurs auxquelles nous croyons, ne sont pas les seules possibles... " puis nous livre avec beaucoup de clarté, de rigueur et d’humilité, comment sa discipline envisage les problèmes fondamentaux auxquels est confrontée l’humanité.
Des communautés les plus lointaines, petites…aux mégalopoles du 21ème, des us et coutumes de la vie quotidienne aux questions de société les plus complexes, l’espace temps est immense et les interrogations sont multiples : bouleversements de la parenté et de la sexualité du fait de la bio-médecine et de la génétique, développement économique, rôle du mythe dans les sociétés sans écriture et de l’histoire dans les sociétés modernes.
Par le biais de subtils aller-retours dans cet espace temps, l’auteur nous invite au fil des pages, à une rencontre merveilleusement documentée des sociétés évoquées et questionne avec curiosité et sagesse notre époque, le vivre ensemble, la place de l’individu dans le groupe, son rôle et les rapports entre nature et culture. Et lire et choisir un livre deviennent un plaisir !

 

Par Marie, novembre 2011

Terre des oublis, écrit par Duong Thu Huong, traduit du vietnamien par Phan Huy Duong, éd. Sabine Wespieser, 2006

Duong Thu Huong est l’unique auteure vietnamienne dont l’œuvre est intégralement traduite. Auteure engagée elle a commencé par écrire des poèmes exaltant la révolution communiste. Au fil du temps ses propos se sont faits plus critiques, réclamant davantage de démocratie. Elle fut exclue du Parti et emprisonnée. Elle décida alors de devenir écrivain à part entière.
Dans ses romans, elle dénonce le système totalitaire, la réforme agraire des années 1950, et surtout le conflit entre l’état et l’individu. Ses récits se passent souvent à la campagne, la nature y est vibrante de sensualité et la vie paysanne dépeinte avec beaucoup d’humour et un grand réalisme.
Un véritable « hymne à l’amour » parcourt également ses pages comme dans « Terre des oublis », qui retrace le destin d’une femme dont le mari revient de la guerre après 14 ans d’absence. Remariée entre temps avec un homme qu’elle aime profondément et dont elle a un fils, elle va cependant retourner avec son premier mari malade et impuissant, pour accomplir son «devoir moral » envers son pays… Jusqu’au jour où elle réalisera le non sens d’un tel choix.
Venez découvrir ce magnifique roman (Grand prix des lectrices de Elle en 2007) et d’autres trésors de la littérature vietnamienne à la médiathèque.

 

Par Fabrice, octobre 2011

Coltrane, a love supreme, écrit et dessiné par Paolo Parisi, traduit de l'italien par Louise Lavabre, ed. Sarbacane, 2010

A love supreme, enregistré en une seule séance le 9 décembre 1964, est non seulement l'un des chefs d'œuvre de John Coltrane, alors à la tête de ce que les historiens du jazz nomment son « classic quartet », mais aussi l'un des plus beaux albums de toute l'histoire de la musique (opinion péremptoire, strictement subjective, et par conséquent impossible à contredire !) - l'une de ces pierres de touche susceptibles de nourrir encore et encore, en brio comme en sérénité, en éblouissement, en intériorité, toute une vie. Il peut être tentant pour un créateur, en l'occurrence l'auteur de bandes dessinées italien Paolo Parisi, de chercher à s'approcher du génie des maîtres anciens en reconstituant, d'abord par la documentation, ensuite par l'imagination, l'histoire qui conduisit à tel jaillissement de beauté : les êtres humains, le contexte, les circonstances, les sentiments. Parisi s'en acquitte dignement, mais sans éviter les écueils de toute biographie d'artiste : cette belle BD, construite en quatre mouvements comme l'œuvre éponyme, est avant tout une légende dorée qui ravira ceux qui ont le son de Coltrane dans l'oreille. Le dessin d'un saxophoniste suant à grosse gouttes sur son instrument, les yeux fermés, n'émeut pas autant qu'un morceau de musique... Humblement, Parisi conclut sa note de présentation, non par « bonne lecture », mais par « bonne écoute ».

 

Par Vincent, septembre 2011

Le dessous des cartes. Atlas junior, Jean-Christophe Victor, Dominique Fouchard et Catherine Barichnikoff, Arte Éditions, Tallandier, 2010.

Alors que Le dessous des cartes a fêté ses vingt ans d’antenne sur Arte, son créateur Jean-Christophe Victor a conçu avec deux enseignantes d’histoire-géographie ce remarquable Atlas junior dont l’objectif est de rendre accessibles aux jeunes toutes les grandes questions géopolitiques actuelles. Les auteurs abordent, en six grandes parties, les problèmes majeurs du monde contemporain et les défis auxquels il sera confronté dans les prochaines décennies : inégalités, démographie, religions, déséquilibres économiques, mondialisation, réchauffement climatique, biodiversité... Sa maquette innovante nous plonge dans la réalité d'un monde en mutation. Avec des cartes claires et vivantes et des textes accessibles, cet atlas donne aux lecteurs les clés de compréhension d’un monde passionnant où rien n’est joué d’avance, pour les inviter le plus tôt possible à en devenir les acteurs et les citoyens.

 

Découvrez les coups de coeur des bibliothécaires pour juillet-août 2011

 

 

 

 

 

 

 

Par Claudie, juin 2011

Brève histoire du monde, Ernst H. Gombrich, éditions Hazan, 2010

Ernst H.Gombrich, historien de l’art reconnu, est né à Vienne en 1909 et mort à Londres en 2001. Il quitta Vienne pour Londres en 1936. C’est cette année-là, après ses études, alors qu’il était encore à Vienne, qu’il écrivit en 6 semaines cette «histoire du monde» pour les enfants. Elle connut un grand succès et de nombreuses traductions. Dans cette édition, elle est complétée et corrigée par son témoignage sur les deux guerres mondiales.
C’est d’abord un récit qui tient le lecteur en haleine et lui fait dévorer les quelques 300 pages : celui de l’humanité, de la préhistoire à la fin de la 1e guerre mondiale. L’auteur y raconte les faits historiques dans leur continuité tout en présentant les personnages représentatifs de leur temps.
C’est aussi un livre de vulgarisation de l’histoire humaine qui s’adresse tout particulièrement aux jeunes lecteurs (à partir de 12 ans) en les tutoyant, mais ne rebutera pas le lecteur adulte, qui y trouvera de quoi rafraîchir ses connaissances afin de mieux comprendre le monde actuel…ou répondre aux questions des plus jeunes !

 

Par Nathalie, mai 2011

Le Petit Chaperon rouge ou la Petite fille aux habits de fer blanc, Jean-Jacques Fdida ; illustré par Régis Lejonc ; préfacé par Bernaddette Bricout – éditions Didier, collection Contes du temps d'avant Perrault

Qu'il finisse dans le ventre du loup chez Perrault, extirpé de ses entrailles par un chasseur (ou bûcheron) chez les Grimm ou encore affublé de vert sous la plume parodique de Grégoire Solotareff, le Petit Chaperon rouge est sans doute le conte le plus représenté dans l'édition.
Disloqué par Nathalie Thomas dans son spectacle, retrouvez ici le conte dans sa version chronologique, mais pas pour autant telle qu'on a l'habitude de l'entendre...
Cette nouvelle collection « Contes du temps d'avant Perrault », rappelle, en effet, que le célèbre Charles n'est pas l'inventeur des contes ! Puisant aux sources de vieilles versions collectées, Jean-Jacques Fdida présente cette petite fille qui, pour avoir le droit de traverser la forêt, doit d'abord user ses habits de fer blanc. Vêtue ensuite par sa mère du fameux chaperon rouge, la voilà missionée pour porter « Du fromage et du pain à [sa] Grand ».
La suite réservera encore bien des surprises aux lecteurs plus habitués aux versions édulcorées de la littérature enfantine. Car ce qui nous est raconté ici, n'est rien moins que le passage de l'enfance à l'âge adulte, cette période que l'on a ensuite appelée adolescence.
La qualité de la mise en page, de la typographie et l'étrangeté des illustrations de Régis Lejonc ajoutent à cette belle découverte.

 

Par Céline et Marie, avril 2011

Les chagrins, Judith Perrignon, Stock, 2010

Le roman s'ouvre sur la destruction de la prison pour femmes La petite Roquette à Paris en 1973. C’est là qu’est née Angèle six ans plus tôt. Helena, sa mère, a été condamnée pour vol à main armée, alors que son complice prenait la fuite.
Les chagrins retrace ensuite l’histoire d’une lignée féminine, d'Angèle à sa grand-mère, Mila, mais surtout le parcours d’Helena, femme dévastée par son amour enfui et qui ne saura être mère.
Le récit court à la recherche de la pièce manquante, l'amant en cavale, le braqueur lâche. En un mot : le père.
Dans ce roman polyphonique, cinq histoires, cinq vies se répondent, chacune enfermée dans sa logique. La beauté des Chagrins, c'est de nous faire vivre pleinement ces cinq vies, sans jugement, conjuguant ainsi empathie et plaisir de lecture.

 

Par Fabrice, janvier 2011

Le Condamné à mort - sur des textes de Jean Genet ; Jeanne Moreau, récitant; Etienne Daho, chant ; Hélène Martin, compositeur; préfacé par Albert Dichy. - Radical Pop Music (dist. Naïve), 2010

Jean Genet, mauvais garçon et grand écrivain, aurait fêté son centenaire en décembre 2010. Ou plutôt, il ne l'aurait pas fêté... Mais d'autres se sont chargés de le célébrer, et sans conteste le plus bel hommage rendu à Genet cette année est la publication de ce superbe livre-CD, aboutissement d'un projet de longue haleine. Selon la légende, Le condamné à mort est le tout premier texte de la main de Genet. Emprisonné à Fresnes en 1942 pour vol de livres, il rédige, paraît-il par défi de faire mieux que les vers de mirliton d'un codétenu, ce poignant poème d'amour dédié à un jeune assassin, Maurice Pilorge, guillotiné en 1939. Ce personnage fascine Genet, qui le fantasme au point de s'imaginer son intime, d'en faire sa muse. Le contraste entre les thèmes sulfureux, de l'oppression carcérale à la crudité du désir (éloignez les oreilles des enfants !) et la splendeur toute classique des alexandrins de Genet font de cette élégie une œuvre unique et fulgurante. Dans les années 60, la chanteuse Hélène Martin avait composé une musique pour elle. Etienne Daho, que l'on n'attendait pas ici et qui pourtant depuis des années chante sur scène un extrait de cet oratorio, a souhaité enregistrer l'intégrale, et en a même fait la toute première référence du label qu'il a créé, « Radical Pop Music ». Il en a confié la narration à Jeanne Moreau, impériale, impeccable. Leur connivence, sur CD comme sur scène, est à la hauteur du jeune Genet : voilà une belle association de malfaiteurs.

Musique en ligne

Découvrez nos playlists musicales, nouveautés et coups de coeur en ligne sur notre compte SoundCloud ou à la médiathèque sur une borne tactile à votre disposition dans l'espace musique.

 

Partager sur : Facebook Twitter

Médiathèque-eybens.fr

Médiathèque municipale
Espace culturel Odyssée :

89 avenue Jean Jaurès, 38320 Eybens
Tél. 04 76 62 67 45  -  Contact

Horaires d’ouverture de la médiathèque :
cliquez ici